Trait de craie PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. La mobilité des dunes, des estuaires et du trait de côte est naturelle. France métropolitaine recule, un dixième du trait de craie PDF est en engraissement et gagne sur la mer.


Lumières savantes, poudroiements colorés, touches veloutées, chaque case est la miniature d’un tableau impressionniste. Télérama.
Avec  » Trait de craie « , Miguelanxo Prado nous offre un récit étrange et envoûtant où le regret le dispute au remord. Superbe. Ouest France.
Prado s’est définitivement rangé parmi les grands de la BD. Huis-clos étrange digne de Borgès dont l’ombre plane sur le récit. Le temps s’enroule. Une véritable BD intelligente. Le Figaro Littéraire.

La nature rocheuse de la côte. Pour les côtes à falaises, la valeur de ce recul est tributaire de la lithologie du rivage, mais aussi de l’exposition de la côte aux agents de la dynamique marine. Le réchauffement climatique, en augmentant le niveau de l’eau et la force des aléas climatiques. Les aménagements portuaires ou de digues ont parfois des effets spectaculaires, par les modifications des courants qu’ils induisent. La diminution, voire la disparition dans certains cas, des apports sédimentaires à la côte, en raison de la construction de barrages, des programmes de canalisation et d’irrigation.

Les gravières sous-marines peuvent aussi avoir des effets différés en termes de mouvements de sédiments. La destruction des mangroves est un des principaux facteurs de ce recul en zone tropicale. Localement des événements tels que les tsunamis peuvent emporter des portions entières de littoraux. L’érosion marine est un phénomène naturel récurrent et millénaire, le trait de côte ayant toujours subi des fluctuations. Si les plages rétrécissent, les dunes reculent et les falaises se morcellent de façon accélérée. La méthode ne s’applique que pour les falaises directement exposées à l’action des vagues.

Elle ne prend pas en compte la plateforme d’érosion qui est considérée comme une côte basse. La morphologie des falaises varie en fonction de la lithologie et la résistance des roches et selon l’intensité des processus d’érosion marine et aérienne. Une proposition de loi visant à amender la loi littoral retient comme définition du  recul du trait de côte  :  un déplacement, vers l’intérieur des terres, de la limite du domaine maritime en raison soit d’une érosion côtière par perte de matériaux rocheux ou sédimentaires, soit de l’élévation permanente du niveau de la mer. La gestion du trait de côte et l’élaboration des plans de prévention des risques est devenue de plus en plus importante à cause des risques naturels que représente l’érosion côtière dans les zones littorales. La détermination de cette limite entre terre-mer n’était pas toujours facile étant donné que c’est une limite instable et elle varie en fonction de nombreux facteurs. Ainsi, en Aquitaine, le trait de côte a reculé sur plusieurs zones de 10 mètres ou plus, en raison des vents et d’une houle inhabituellement forte, fin 2013-début 2014.