Tout réparer à Paris PDF

L’essentiel de la TPM pour lecteur pressé La TPM est née officiellement au Japon, en 1971. Elle est une évolution de méthodes de maintenance, notamment américaines, qui tentent d’améliorer le rendement des machines par une démarche proactive. L’émergence de la TPM a pour cadre tout réparer à Paris PDF compétition féroce, déjà en voie de globalisation, dans l’industrie automobile.


Le modèle en vogue depuis les années 1960 du « prêt-à-jeter » est usé. La tendance du moment ? Réparer, restaurer et rénover pour faire durer les choses que l’on aime. Ainsi, on donne une seconde vie et un nouveau sens aux objets qui nous entourent.
Certains artisans, habiles et parfois esthètes, sont particulièrement doués pour cela, sans pratiquer des tarifs exorbitants. Ce guide très complet propose une sélection indispensable de ces réparateurs aux talents multiples pour tout ressusciter, des vêtements aux films en Super 8, en passant par les meubles et les bijoux.

La TPM se diffuse en occident dans les années 80 par la parution de livres et les conclusions du benchmarking des fabricants automobile japonais par leurs homologues européens. Dans un contexte de production de masse et de forte concurrence, tout ce qui est produit peut être vendu et ce que vous ne pouvez produire, un concurrent le vendra. Produire plus et mieux sans investissement productif supplémentaire est possible si l’on s’attaque aux gaspillages. Productive : assurer la maintenance tout en produisant ou en pénalisant le moins possible la production.

Totale : considérer tous les aspects et y associer tout le monde. Au-delà du simple maintien en bon état des machines, l’esprit TPM pousse à les modifier et les améliorer. L’analyse des composantes du TRS indique où les efforts sont à porter. La TPM est une méthode mature dont l’intérêt se trouve renforcé par la fin des productions de masse.

D’une part, il est plus difficile de rentabiliser des équipements coûteux avec des productions en petits lots, d’autre part la transversalisation croissante des fonctions, le décloisonnement, la multiplication des îlots autonomes et la sophistication grandissante des équipements accentuent le besoin de personnels impliqués, compétents et autonomes. Les progrès spectaculaires qu’elle amène et son apparente simplicité font de la TPM une méthode très prisée. Sa mise en oeuvre n’est toutefois pas aussi simple. Il existe des pièges et comme bien des projets, elle a parfois du mal à survivre au-delà des discours et enthousiasmes des débuts. Les principaux écueils de TPM sont le mauvais choix des équipements cibles, la lourdeur du recueil des données et les personnels qui tout à TPM en oublient de produire ! Il est raisonnable de commencer l’introduction de la TPM dans un atelier ou sur un processus pilote correctement ciblé, puis de l’étendre aux autres ressources clés de l’atelier ou de l’entreprise.