Techniques et Architecture, numéro 482 (février-mars 2006) : Musée conserver créer PDF

Un Airbus A380 en vol lors du Salon du Bourget de 2017. L’Airbus A380 est un avion de ligne civil très gros-porteur long-courrier quadriréacteur à double techniques et Architecture, numéro 482 (février-mars 2006) : Musée conserver créer PDF, produit par Airbus. 1990 sous le nom d’Airbus A3XX sous l’impulsion de Jean Pierson, alors administrateur-gérant d’Airbus.


Son principal client est Emirates, la compagnie de Dubaï qui maintient la production de l’A380 à flots avec une commande de 123 modèles. S’il est particulièrement apprécié par ses passagers, aucun nouveau client n’achète le gros porteur à partir de 2015, tandis qu’aucune compagnie n’augmente ses commandes en dehors d’Emirates, qui finit par annuler l’achat de 39 appareils en 2019. Face à ces difficultés, Airbus annonce le 14 février 2019 la fin de la production de l’A380 pour 2021. Article détaillé : Chronologie de l’Airbus A380. Article détaillé : Concurrence entre Airbus et Boeing. Au début des années 1990, Airbus se mit officiellement à chercher un moyen de concurrencer Boeing et son 747 sur le marché des très gros porteurs.

Les premières esquisses d’un aéronef très gros porteur Airbus, capable de transporter plus de 800 passagers ont été réalisées au cours de l’été 1988. Le coût du développement d’un super gros porteur était évalué par Boeing entre 12 et 15 milliards de dollars, et par Airbus à 8 milliards. En 1997, Boeing abandonne l’étude des 747-500 et 747-600 faute d’un intérêt suffisant de la part des compagnies aériennes. En 2000, Boeing proposera encore deux projets de 747 agrandis aux compagnies aériennes, les modestes 747X et 747X stretch mais là encore, les projets n’aboutiront pas, la demande étant jugée insuffisante.

C’était une mauvaise interprétation puisque Boeing est effectivement resté sur le marché des gros porteurs avec son 747-400 sorti en 1989 et a laissé à Airbus le marché des très gros porteurs. Le désintérêt de Boeing pour un développement commun d’un très gros porteur était autant économique que stratégique. En réalité, Boeing ne lançait pas de projet de 747  très gros porteur  mais évaluait seulement la demande du marché pour des avions intermédiaires entre le gros porteur type 747-400 et le très gros porteur que voulait Airbus. Cet objectif raisonnable réduisait l’investissement à  seulement  5 milliards de dollars. Le projet du super gros porteur d’Airbus débuta fin 1995 et fut baptisé Airbus A3XX. 1996, Airbus noue contact avec des compagnies susceptibles d’être intéressées par le gros porteur de Boeing pour discuter de l’hypothèse d’un avion de plus de 500 places.