Salaire, prix et profit (classiques du marxisme t. 3) PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Karl Marx a abordé à la fois la philosophie, la sociologie, l’analyse économique du capitalisme dans le cadre du matérialisme et de la science. En 1845, dans L’Idéologie allemande, pour Marx et Engels,  le communisme n’est pas un état de choses qu’il convient d’établir, un idéal auquel la réalité devra se conformer. Ils salaire, prix et profit (classiques du marxisme t. 3) PDF  communisme le mouvement réel qui abolit l’état actuel des choses.


Salaire, prix et profit est le texte d’un Rapport au conseil général de l’Association internationale des travailleurs en 1865. Plus qu’un rapport, c’est une véritable analyse théorique de l’économie politique que l’on a entre les mains. Après Travail salarié et capital, Salaire, prix et profit est le deuxième exposé de vulgarisation de la théorie économique marxiste. Il y définit la valeur, la nature de la force de travail, les sources et les répartitions de la plus-value, etc.
Un ouvrage essentiel pour tout lecteur qui veut s’intéresser de près à la théorie économique marxiste.

Les conditions de ce mouvement résultent des données préalables telles qu’elles existent actuellement. En 1847, Engels définit ce mouvement réel dans le premier des Principes du communisme,  Qu’est ce que le communisme ? Marx lui-même à plusieurs reprises, dans les dernières années de sa vie, dit à Paul Lafargue :  Si c’est cela le marxisme, ce qui est sûr c’est que moi, je ne suis pas marxiste , marquant sa volonté de se démarquer du  marxisme  proclamé par le Parti ouvrier français naissant. Toutefois, il ne faut pas entendre par cette affirmation de Marx qu’il s’opposait à toutes formes de vulgarisation. Sa déclaration est avant tout une opposition à toute théorie hagiographique. Pour le reste, Marx affirme que  les essais scientifiques, destinés à révolutionner une science, ne peuvent jamais être véritablement populaires. Le concept de classe sociale n’a pas été inventé par Karl Marx.

Chez les penseurs français, le terme de classe est politique. Pour Tocqueville, les classes existent dès que les groupes sociaux s’affrontent pour le contrôle de la société. Maintenant, en ce qui me concerne, ce n’est pas à moi que revient le mérite d’avoir découvert l’existence des classes dans la société moderne, pas plus que la lutte qu’elles s’y livrent. Des historiens bourgeois avaient exposé bien avant moi l’évolution historique de cette lutte des classes et des économistes bourgeois en avaient décrit l’anatomie économique. Pour Marx, les classes sociales sont inscrites dans la réalité sociale. Leurs luttes déterminent le changement social en tant que phénomène durable.

Les classes résultent d’un mécanisme très général de division du travail, qui s’est développé en même temps que l’appropriation privée des moyens de production. Chaque société peut se caractériser à un moment donné par son mode de production. Un mode de production est un ensemble constitué par les forces productives et les rapports sociaux de production. Le mode de production est social car sans les forces productives, il ne saurait être question de production. Le mode de production ne peut donc être réduit à son seul aspect technique. En se développant, les forces productives entrent de plus en plus en contradiction avec les rapports sociaux de production qui n’évoluent pas au même rythme. Au-delà d’un certain seuil, le système est bloqué.

Une époque de révolution sociale débute qui a pour fonction de faire disparaître les rapports de production anciens pour permettre le développement de rapports plus conformes au niveau atteint par les forces productives. L’accumulation primitive du capital est définie comme le processus de création des conditions à la naissance du capitalisme. La production du capitalisme suppose deux conditions préalables. Il s’agit de l’existence d’une catégorie sociale, formée d’hommes dépourvus de moyens de production et contraints de vendre leur force de travail, et de l’accumulation de richesses indispensables pour créer des entreprises de type capitaliste. L’accumulation prend une grande importance dès l’avènement de la révolution industrielle. La distinction entre travail et force de travail est au centre de l’analyse de la répartition.