Pour écrire sans faute a/à, et/est, on/ont, ou/où, son/sont…8-10 ans PDF

Le plagiat est une faute d’ordre moral, civil ou commercial, qui peut être sanctionnée au pénal, elle consiste à copier un auteur ou accaparer l’œuvre d’un créateur dans le domaine des arts sans le citer ou le dire, ainsi qu’à fortement s’inspirer d’un modèle que l’on omet, délibérément ou par négligence, de désigner. Il est souvent assimilé à un vol immatériel. Le plagiat diffère de l’art du pastiche, qui consiste à imiter ou à calquer les codes ou les figures d’expression d’un auteur, dans un but d’ironie, d’humour ou de dérision. Le plagiat, qui ne fait pas l’objet d’une définition juridique, pour écrire sans faute a/à, et/est, on/ont, ou/où, son/sont…8-10 ans PDF une forme de contrefaçon.


Attesté en français en 1697, le mot plagiat est l’œuvre d’un tricheur, d’un voleur ou pilleur. Il commence à s’appliquer au monde des Belles-lettres, même si le verbe plagier n’apparaît qu’en 1801, à l’âge des émois romantiques. Le mot latin masculin plǎgǐārĭus, ĭi désigne un débaucheur d’esclave d’autrui, un receleur d’esclaves, c’est-à-dire de biens meubles dérobés illégalement ainsi qu’un marchand qui vend ou achète comme esclave une personne libre ou un enfant ravi à sa famille libre. Le plǎgĭum est alors une activité criminelle, car l’autorité régule et contrôle le commerce des esclaves. Le plagiaire, s’il est un auteur d’un forfait, s’affirme dès l’Antiquité en auteur crapuleux d’un détournement vers ses propres intérêts à valoriser, quitte à réduire en esclavage d’autres hommes ou leurs enfants. Les premières attentions portées au plagiat, perçu comme un phénomène préjudiciable à la création, sont issues du monde littéraire.

En matière intellectuelle les idées sont de libre parcours : tout le monde peut les reprendre. Mais le plagiat va au-delà : le plagiaire tente d’usurper une gloire indue en s’appuyant sur l’œuvre d’un autre auteur. Il emprunte sans le dire la forme de l’expression. Au Moyen Âge, trouvères et troubadours ne cessent de se copier. La tradition orale est alors encore plus importante que la tradition écrite avec des œuvres qui ne sont pas signées. Le droit a varié dans l’espace et dans le temps face au constat ou à la suspicion de plagiat. Du Moyen Âge à l’invention de l’imprimerie par exemple, la copie précédait l’imprimerie et de nombreux textes ou œuvres artistiques n’étaient pas signés.

Le terme légal exact est la contrefaçon, définie par L. En clair, toute utilisation d’une œuvre sans autorisation de l’auteur ou ses ayants droit constitue une contrefaçon et peut être punie. Sachant que juridiquement, la notion d’œuvre est très large : toute création originale constitue une œuvre, il ne s’agit pas seulement des  œuvres d’art . La beauté n’est d’ailleurs pas un critère de la protection de l’œuvre. La limite entre la contrefaçon et la simple inspiration ou l’hommage est parfois difficile à déterminer.

Il existe des limites au délit de contrefaçon, notamment le droit de citation, qui permet de reproduire un court extrait d’une œuvre sans autorisation de l’auteur, à condition que celui-ci soit crédité. Ils peuvent être difficilement différentiables de vrais plagiats. La notion de  plagiat par anticipation  est humoristique. Elle consiste à rejeter l’accusation de plagiat sur un auteur antérieur. Il nous arrive parfois de découvrir qu’une structure que nous avions crue parfaitement inédite, avait déjà été découverte ou inventée dans un passé lointain. Leurs écrits sont des vols qu’ils nous ont faits d’avance. Le roman Mourir à Francfort de Hubert Monteilhet met en scène un écrivain amer plagiant une partie de l’œuvre immense, et pour la plus grande partie méconnue, de l’abbé Prévost, dans le but de ridiculiser son éditeur.