Le travail du consommateur PDF

Les outils informatiques permettent de maximiser la créativité et l’efficience d’un groupe associé à des projets d’envergure même si elles sont très dispersées dans l’espace et le temps. Le travail est souvent naturellement collectif et collaboratif, c’est-à-dire qu’il fait interagir plusieurs acteurs pour la réalisation de tâches qui visent à atteindre un but commun. Son résultat dépend de la motivation de ses acteurs à collaborer, du nombre de ces acteurs, du temps qu’ils peuvent consacrer à ce travail et de leurs compétences. Le travail collaboratif est l’une des dimensions importantes de l’le travail du consommateur PDF collaboratif, qui est par exemple encouragé dans certaines formes d’apprentissage en ligne, en particulier dans les  MOOC  dits connectivistes.


Transports, banque, distribution, loisirs, restauration, médias, etc : comment le consommateur-payeur travaille désormais, à son insu, pour les entreprises. Un livre essentiel pour comprendre les transformations du capitalisme et de son esprit.

Où trouver une main-d’oeuvre abondante, motivée et gratuite pour émettre un billet de train, fournir des photos d’actualité, concevoir une publicité ou dépanner une installation Internet ? Une solution, promue par le marketing et facilitée par les technologies, consiste à mettre les consommateurs au travail.

La coproduction dans les services est avérée depuis longtemps, mais la sociologie s’est rarement penchée sur l’activité même des consommateurs. Partant de situations quotidiennes dans des services marchands (transports, banque, supermarchés, restauration, médias, culture, réseaux sociaux, etc.), l’auteure identifie trois formes dans leur mise au travail : l’autoproduction dirigée, la coproduction collaborative et le travail d’organisation. Le consommateur se fait tour à tour guichetier, concepteur, prescripteur, producteur, réparateur, formateur, acheteur, expert et même manager. Qu’il travaille pour consommer ou qu’il produise pour avoir le plaisir de travailler, son activité est organisée dans un rapport social nouveau, qui crée de la valeur pour l’entreprise.

Mais comment faire travailler un consommateur alors qu’il n’est ni un professionnel ni un employé ? Que fait-il réellement ? Consent-il à travailler ? Quelles sont les formes de coopération, de conflit et de régulation dans cette division du travail ?

La seconde édition de cet ouvrage comporte une postface inédite sur l’actualité de la recherche internationale sur ce sujet et un retour sur le concept de  » travail « . Un livre essentiel pour comprendre les transformations actuelles du capitalisme.

Par exemple, un photographe n’est ni spécialiste en rédaction ni en marketing, mais si ses idées rédactionnelles ou de stratégie de vente sont appréciables, elles devraient être considérées même si ce n’est pas son  métier . Le travail collaboratif et non financièrement rémunéré n’est pas nouveau en soi. Il est commun dans toutes les sociétés dites  primitives . Dans les années 1990, des premiers outils de travail collaboratifs ont été mis à disposition de tous avec par exemple les  Yahoo!