Le style du philosophe : Foucault et le dire-vrai PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Socrate et Platon, Épicure et Lucrèce, Épictète et Sénèque. Le style du philosophe : Foucault et le dire-vrai PDF sens  professionnel , est  philosophe  un enseignant ou un chercheur en philosophie.


 » Le siècle sera foulcaldien « , disait Deleuze, rendant hommage à une des philosophies les plus risquées de notre période. Et pourtant lorsque la critique de l’œuvre de Foucault n’est que la reprise paresseuse d’un déjà dit qui dort dans les mots, la banalité du commentaire, mises à part quelques rares exceptions, apparaît cruellement en décalage par rapport à la pensée. Quand les lectures de Foucault ne sont pas de confortables résumés de tel ou tel ouvrage, on assiste à l’étalage de la même panoplie de maître mots :  » pensée de la transgression et de la limite « ,  » destruction du sujet « ,  » omniprésence du pouvoir « ,  » reprise de la morale « ,  » déprise de soi « .Ce livre rompt avec cette uniformité cherchant ailleurs que dans le continuel ressassement des mêmes mots d’ordre, le sceau d’une pensée qui a interrogé avec rigueur et détermination la configuration théorique de notre temps au prix de nombreuses incompréhensions.C’est le lien entre une pragmatique de la vérité et une certaine manière de penser le sujet qui constitue le noyau le plus important du parcours de Foucault. Et on verra comment à partir de ce rapport le sens original de la morale – style du rapport au monde – est récupéré, interrogé et intégré dans une pensée qui n’en finit plus de  » rendre difficiles les gestes faciles « .

Pythagore répondit qu’il ne connaissait pas un seul art, mais qu’il était philosophe. Il s’étonna peut-être aussi de la modestie : le philosophe n’est pas sage, il se présente seulement comme un apprenti en sagesse, un amateur de connaissances profondes des conséquences de ses actes et paroles, et tend donc à la maîtrise de soi. L’appeler sage, c’est, selon moi du moins, employer une expression ambitieuse et qui ne convient qu’aux Divinités. Vous pouvez aider en ajoutant des références ou en supprimant le contenu inédit. Il existe ainsi une dimension de reconnaissance entre le philosophe et le groupe qui le juge en tant que tel. Certains textes religieux peuvent contenir des notions d’ordre philosophique.

Au delà du sens général, le terme de philosophe s’applique, de façon plus large, aux personnes qui pratiquent une forme de philosophie. Mais puisque cette pratique est elle aussi l’enjeu de débats philosophiques, il est difficile de donner une définition générale de ce qu’est un philosophe, qui serait acceptée sans difficultés par tous ceux qui se définissent comme tels. Il existe cependant, depuis peu, une nouvelle façon de penser la définition de la philosophie, en lui apportant une technique, comme à toute autre matière. Il est difficile de dire ce qu’est un philosophe, et donc de faire un panorama des figures historiques de la philosophie. On peut pourtant les penser en suivant la proposition de Gilles Deleuze : est philosophe celui qui fabrique un concept. Un concept résout un problème général. Vient ensuite Platon, qui fonde l’Académie, chez qui toutes les questions sont abordées au travers d’une autre figure qui n’a jamais rien écrit : Socrate.

Une phrase fameuse dit de Platon que toute l’histoire de la philosophie tient en les notes en marge de sa pensée. Le philosophe fait de la philosophie une activité libre à laquelle il consacre sa vie. La philosophie suppose un certain genre de vie, ou un art de vivre. Lorsque Léon, le tyran de Phlionte, lui demanda qui il était, il répondit : ‘un philosophe’ . Et il disait que la vie ressemble à une panégyrie .

L’Antiquité a médité sur le thème de l’accord entre la pensée et la vie. Ne peux-tu pas appliquer ce qu’on t’a enseigné ? Prends ce rôle pour que nous n’ayons plus à nous servir, dans l’école, de l’exemple des Anciens, mais que nous ayons aussi des exemples de notre temps. Cet état, qui consiste à s’émerveiller, est tout à fait d’un philosophe.

Et cette activité consiste à chercher le Vrai, le Beau, le Juste, donc des valeurs, des normes, des principes, des idéaux, par-delà les choses sensibles, cela avec une sagesse et dans une perception globales. Beau ou du Bien, et une vie active marquée par la fondation de l’Académie et ses efforts pour conseiller un État juste à Syracuse. Une révolution dans notre conception du philosophe grec a été faite par Pierre Hadot. Il a démontré que, pour les Anciens, le philosophe se signale moins par des opinions, des théories, que par un  enseignement oral  et par un  mode de vie . Philosophe en méditation, par Rembrandt, 1632.

Les hermétistes prétendent représenter la vraie philosophie :  Il n’y aura plus, après nous, aucun amour sincère de la philosophie, laquelle consiste dans le seul désir de mieux connaître la divinité par une contemplation habituelle et une sainte piété. Par un astucieux travail, ils la mêlent à diverses sciences inintelligibles, l’arithmétique, la musique et la géométrie. Dieu est le principe de toutes choses bonnes, les unes immédiatement, comme l’ancien et le nouveau Testament, les autres comme secondairement, comme la philosophie. Peut-être même la philosophie a-t-elle été donnée aux Grecs au même titre de l’Écriture , avant que le Seigneur les appelât. La philosophie est donc une étude préparatoire, c’est elle qui ouvre la route à celui que Jésus-Christ mène à la perfection. Durant cette période, la théologie avait pris le pas sur la philosophie.

Cependant, après l’entrée d’Aristote en théologie, les théologiens se mirent à la réflexion philosophique. Laquelle, de la raison ou de la foi, doit diriger l’autre ? Une autre grande figure du philosophe est celle du philosophe des Lumières. C’est un intellectuel qui réfléchit sur l’organisation du monde. La physionomie du philosophe se transforme : moins théologien, moins savant, il est, de plus en plus, l’honnête homme qui se tient au courant de l’avancement des sciences, prend parti dans toutes les querelles, se passionne pour les questions politiques en théorie ou par l’action, et, surtout, devient homme de lettres : la philosophie, désormais, s’exprime par des contes, par le théâtre, par des romans. Plus aucun philosophe ne se risquerait aujourd’hui à forger un  système  philosophique. La philosophie contemporaine a été pour l’essentiel une déconstruction de l’idéalisme allemand, de la philosophie de la subjectivité telle que Descartes l’avait mise en place.

La philosophie devient historienne en déconstruisant les grandes théories du passé. La philosophie déconstructive prétend mettre en pièces ou mettre à nu les fondations de la maison philosophie, grâce à une généalogie, une herméneutique ou une réévaluation. Au fil des années soixante, quelque part entre Sartre et Foucault déjà, l’image du philosophe s’est dédoublée en France comme jamais dans les siècles passés. D’un côté le professeur, qui n’est pas nécessairement un penseur original, mais avant tout un historien de la philosophie. De l’autre, l’essayiste,  l’intellectuel  qui intervient dans le débat public.