Le Colonel Chabert. PDF

Sur le Colonel Chabert. PDF table vermoulue, les Bulletins de la Grande Armée étaient ouverts et paraissaient être la lecture du colonel. Une première version du texte avait paru en 1832 sous le titre La Transaction dans la revue L’Artiste, puis en 1835 sous le titre La Comtesse à deux maris. Il pénètre dans les Scènes de la vie privée de La Comédie humaine dont il est l’un des principaux romans. Il est dédié à Ida du Chasteler, qui a dessiné pour Balzac les blasons imaginaires des familles de La Comédie humaine.


Classiques & Patrimoine

Les seuls classiques pédagogiques avec des rabats, à partir de 2,95 euros seulement !

  • un rabat Histoire des arts : une œuvre d’art en grand format à étudier en classe
  • un rabat Repères chronologiques : une frise chronologique illustrée de l’Antiquité à nos jours

Le Colonel Chabert de Balzac :

Alors qu’on le croyait mort, le colonel Chabert est de retour dix ans après son départ. Comment prouver son identité et retrouver son statut social ?

Notions littéraires : la description balzacienne, l’incipit, les discours rapportés, l’écriture d’invention

Histoire des arts : les caricaturistes du XIXe siècle, les peintres au service de la politique et de la littérature, l’analyse d’un tableau

Repères élèves : frise historique et culturelle du XIXe siècle, lexique, notes de vocabulaire, méthode

Œuvre du rabat : Géricault

Avec en plus, dans cette édition :

  • le texte intégral et des notes de bas de page
  • une présentation de Balzac et de son époque
  • des séances thématiques avec des questionnaires progressifs
  • des rubriques Patrimoine et Histoire des arts, pour enrichir la culture des élèves
  • un grand nombre de documents iconographiques exploités

Le Colonel Chabert, en tant que tel, est une parenthèse émouvante dans la galerie de portraits balzaciens, un hommage rendu aux grognards de Napoléon Ier. Maître Derville, qui reçoit le colonel Chabert et accepte de le défendre ainsi que de l’aider financièrement et judiciairement afin qu’il retrouve ses droits et son identité, est un avoué important dans La Comédie humaine. Maître Derville est aussi l’avoué de la femme de Chabert, ce qui explique son insistance à éviter un procès et à proposer une transaction. Il acquiert dans Gobseck une grande réputation par la manière dont il rétablit la fortune de la vicomtesse de Grandlieu.

L’histoire commence dans une étude d’avoué où des clercs font des plaisanteries pendant qu’ils travaillent. Puis arrive un vieil homme : tous se moquent de lui, car il porte des vêtements très anciens. Le vieil homme dit qu’il doit parler avec le patron de l’étude, maître Derville. Les clercs lui disent que maître Derville ne voit ses clients qu’à minuit. Hyacinthe Chabert, enfant trouvé, a gagné ses galons de colonel dans la Garde impériale en participant à l’expédition d’Égypte de Napoléon Ier. Pendant la bataille d’Eylau, en 1807, blessé en participant à la charge monumentale donnée par Joachim Murat — qui force l’ennemi à la retraite —, il est déclaré mort.

Mais, enfoui sous une montagne de cadavres, il est resté en vie. Le colonel a cependant réussi à faire reconnaître son identité de l’autre côté du Rhin et, après de longs détours, revient à Paris en 1817, pour découvrir que Rose Chapotel, remariée à un homme avide de pouvoir dont elle a deux enfants, porte maintenant le nom de  comtesse Ferraud . Elle a d’autre part liquidé tous les biens du colonel Chabert, en minimisant sa succession. La fortune du colonel a été distribuée à sa femme, au fisc et aux hospices de Paris. Mais Napoléon a rendu la part du fisc à la comtesse, lui permettant de commencer une nouvelle vie pendant la Restauration et d’atteindre une position sociale élevée. Elle n’a jamais répondu aux lettres du colonel et, lorsqu’elle apprend qu’il est vivant, refuse de le reconnaître, l’accusant d’être un imposteur. Derville accepte de s’occuper du colonel Chabert.

Chabert voudrait retrouver ses biens, son rang et sa femme. Mais la femme du colonel refuse de reconnaître son ancien mari. Elle a tiré une fortune énorme de sa disparition, et c’est pour sa fortune que le comte Ferraud, de vieille noblesse, émigré pendant la Terreur, l’a épousée. Rose Chapotel redoute de perdre son rang, sa fortune et son mari. Mais, après une rencontre dans l’étude de maître Derville, qui a bien étudié l’affaire, la comtesse admet que le colonel n’est pas un imposteur.