La Transmission psychique inconsciente. Identification projective et fantasme de transmission PDF

Dans son imaginaire l’enfant garde schématiquement en lui ce qui est bon, et projette dans l’image maternelle ce qui est mauvais. Une deuxième étape suivant la projection est l’identification à ce qui a ainsi la Transmission psychique inconsciente. Identification projective et fantasme de transmission PDF projeté, c’est l’identification projective qui aboutit donc, dans le développement normal, à la réintégration de ce qui a été projeté.


La transmission psychique inconsciente soulève de nombreuses questions dans des contextes où ce qui se transmet à l’insu des protagonistes est source de souffrance. Quels sont les enjeux et les effets de la transmission ? Comment et en quoi celle-ci est-elle traumatique ? Comment se transmet le traumatisme ? L’auteur en propose une modélisation à travers la thèse de l’identification projective comme voie royale de la transmission, et précise la manière dont les différentes versions de ce processus opèrent les transactions inter- ou transsubjectives. Il développe également la notion de fantasme de transmission et insiste sur sa fonction réorganisatrice de transmissions traumatiques. Il éclaire ces modèles par de nombreux exemples cliniques, notamment dans les contextes de psychopathologie précoce, d’échec de la parentalité et de rencontre traumatique avec le handicap. Il met enfin en évidence la manière dont travaille la transmission dans les dispositifs thérapeutiques en général et dans les dispositifs psychanalytiques en particulier. Cet ouvrage apporte une importante contribution à la thèse soutenue par la psychanalyse du déterminisme intrapsychique inconscient et de la transmission intersubjective et transgénérationnelle de la vie psychique.

Il distingue clairement cette identification projective normale d’une identification projective pathologique. L’identification projective devient pathologique si elle n’est plus transitoire mais un moyen de déni de la réalité. Elle peut donc être une forme d’agression quand l’objet de cette identification est une personne. L’identification intrusive désigne l’identification projective sous un autre angle, pour souligner l’impact qu’elle produit sur autrui. Donald Meltzer l’a renommé ainsi lors de son travail sur l’autisme afin de mettre en avant l’agression que ce mécanisme de défense peut représenter pour l’autre.

Jean-Bertrand Pontalis et Jean Laplanche : Vocabulaire de la psychanalyse, Ed. Melanie Klein, Notes sur quelques mécanismes schizoïdes , 1946. Envie et gratitude et autres essais. Hanna Segal, Introduction à l’œuvre de Mélanie Klein, 1964, PUF 1969. Une exploration des phénomènes claustrophobiques, Ed.

Albert Ciccone, La Transmission psychique inconsciente. Identification projective et fantasme de transmission, Ed. André Green: La projection : de l’identification projective au projet, dans La folie privée, Edf. Manuel de psychologie et de psychopathologie clinique générale, Ed : Elsevier Masson, 2 ème édition, 2014 .

Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 9 mars 2018 à 09:23. Cet article est une ébauche concernant la psychanalyse. Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Ces motifs sont peut-être précisés sur la page de discussion. Il développe en parallèle le concept de Noms-du-père, terme désignant le père symbolique par différence avec le père réel. Il y a forclusion du nom du père, cause de la psychose, lorsque la mère, qui exerce un rôle privilégié dans la transmission à son enfant du symbole de la fonction paternelle, manque à transmettre cette symbolisation.

Ce qui a été forclos dans le symbolique apparaît dans le réel. La psychose s’installe donc par défaut de symbolisation de la fonction du père. La représentation, littéralement arrachée hors du conscient, forclose selon la terminologie de Lacan, ne laisse aucune trace inconsciente, et entraîne le délire. Pour Lacan, le langage est important car la psychose se manifeste dans les propos des intéressés : ils n’arrivent pas à faire la distinction entre la réalité et les manifestations de leur inconscient. D’une question préliminaire à tout traitement possible de la psychose , dans Écrits, Paris, Seuil, 1966, p.