La République du centre : La fin de l’exception française PDF

Viktor Orban a annoncé des mesures de politique familiale de plusieurs millions d’euros afin de soutenir la natalité et de répondre aux problèmes démographiques de la Hongrie. A la veille d’élections paneuropéennes, l’Europe a de nouveau atteint le point où nous devons défendre notre identité hongroise, notre héritage chrétien », a lancé le Premier ministre lors d’un discours annuel « sur l’état la République du centre : La fin de l’exception française PDF la nation ».


Il y a trente ans, nous pensions que nous avions jeté aux ordures pour de bon la pensée communiste qui avait déclaré la fin des nations, il semble que nous avions tort. De nouveau, ils proclament un monde sans nations, ils veulent des sociétés ouvertes et ils sont là de nouveau, ceux qui veulent balayer nos traditions et inonder nos pays de cultures étrangères », a ajouté M. Orban, qui fut un opposant libéral au régime communiste hongrois. Internationale s’appelle Bruxelles et son outil est l’immigration », a encore déclaré le Premier ministre, qui met en œuvre en Hongrie une politique résolument hostile à l’immigration. Pour le dirigeant hongrois, membre du PPE, regroupement de partis conservateurs actuellement majoritaire au Parlement européen, « l’immigration conduit à une augmentation de la criminalité, en particulier contre les femmes, et laisse entrer le virus du terrorisme ».

Il s’est inquiété « de la baisse continuelle de la part de chrétiens » en Europe et du « remodelage des pays autrefois chrétiens ». Cette évolution, selon lui, « ne peut pas être renversée, quiconque monte dans ce train express arrivera au terminus, il n’y pas de billet retour ». Dans ce discours fleuve, Viktor Orban a accusé la tête de liste des socialistes européens aux élections de mai, le Néerlandais Frans Timmermans, d’être le candidat du milliardaire américain d’origine hongroise George Soros, sa bête noire. Orban, régulièrement accusé de porter atteinte à l’Etat de droit et à l’équilibre des pouvoirs en Hongrie, qu’il dirige depuis 2010. L’immigration est « une capitulation » face aux problèmes démographiques, a-t-il ajouté. Le gouvernement de Viktor Orban a déjà pris plusieurs mesures de soutien aux familles visant à encourager la natalité. Le nouveau plan annoncé dimanche prévoit un dispositif de prêt spécifique pour les femmes de moins de 40 ans, une exonération d’impôts sur le revenu pour les mères de quatre enfants, la promesse de créer des places de crèche pour chaque enfant d’ici 2022 et des aides sociales pour les grands-parents qui gardent leurs petits-enfants.

Chaque diffusion du grand débat voit les directeurs des chaînes d’info sombrer un peu plus dans la désespérance. C’est indéniable, l’audience baisse à vue d’œil. 000 téléspectateurs pour la seconde séance. Larmes et désespoir dans les couloirs.

Il y a, çà et là, des orateurs qui savent captiver leur auditoire. Les rédactions n’osent imaginer les chiffres de la prochaine diffusion. Morosité d’autant plus forte que toute interruption publicitaire est impossible durant ces litanies présidentielles. Qui durent parfois plus de six heures !

Le désœuvrement s’installe dans les bureaux de BFM TV. Ruth Elkrief tricote un pull jacquard. Quelle était la couleur de la chemise blanche d’Emmanuel Macron lors du dernier grand débat ? Plus difficile : quelle est la couleur de la fumée qui s’échappe des interventions du Président ? Le coup d’éclat du grand débat semble bien parti pour se terminer dans l’indifférence générale. Diffusée tôt le matin, l’émission peut intéresser le consommateur à la recherche de solutions hermétiques.

Sous l’aspect sportif, certains aventuriers ont tenté la traversée du grand débat en solitaire. Pour noyer le poisson, les communicants ont mis en place un aquarium. Emmanuel Macron est dedans, mais le poisson frétille ! Les questions qui fâchent remontent inexorablement à la surface. Et nous voilà dans une émission animalière.

Chaînes info, à vos programmes ! François Bousquet, votre librairie a été prise pour cible par les antifas, pouvez-vous nous raconter ? Ce n’est pas la première attaque des antifas que nous subissons, mais c’est la plus violente. Elle s’est déroulée le samedi 9 février, vers 14 h 35, quand un cortège de « gilets jaunes » se rendant au Sénat a croisé notre librairie, installée au cœur du Quartier latin, rue de Médicis. Ce n’est pas la première fois que ces casseurs s’attaquent à vous. Cette fois, ils s’étaient mêlés, selon les témoins, à un cortège de gilets jaunes ? Doit-on y voir un nouveau signe de l’infiltration et de la récupération des gilets jaunes par l’extrême gauche ?

Prendre le train en marche pour mieux le saboter. Dans les manifestations de gilets jaunes, ce sont indiscutablement des intrus, des corps étrangers. Autre, leur indigénisme et leur sans-frontiérisme fondamental. On ne peut même pas dire qu’ils sont à la traîne du mouvement, ils sont en dehors. Carl Lang, Président du Parti de la France, dénonce l’infiltration du mouvement des Gilets jaunes par l’extrême-gauche ultra-violente.