La messe, mystère nuptial PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Dans l’église catholique, une vierge consacrée est une femme qui, par amour de Dieu, s’est engagée à vivre dans le célibat et la chasteté, et a été consacrée au nom du Seigneur par l’évêque de son diocèse de domicile. La vocation de vierge consacrée a des origines bibliques, mais la messe, mystère nuptial PDF manière particulière de se donner à Dieu n’est pas mentionnée dans les évangiles. Dans le Nouveau Testament, Jésus parle concrètement d’un célibat choisi pour le Royaume de Dieu : « Ses disciples lui disent :  Si telle est la situation de l’homme par rapport à sa femme, mieux vaut ne pas se marier.


Pourquoi tant de chrétiens désertent-ils la messe ? Pourquoi ceux qui y participent le font-ils avec un détachement croissant ? N’est-ce pas parce que nous avons manqué jusqu’ici d’une présentation de la Messe réellement convaincante, stimulante, conforme aux avancées actuelles de la théologie biblique ? Ce livre veut combler une telle carence. Il est né d’une longue vie de contemplation et d’adoration. Il est le fruit d’une rumination approfondie de la Parole. Il n’est pas l’oeuvre d’un homme de lettres mais d’un homme de Dieu. Toutes ces caractéristiques sont déjà en soi la garantie de sa fraîcheur spirituelle et de son incontestable originalité. Les pages de ce Chartreux sont une introduction, progressive mais vertigineuse, au mystère le plus adorable dont l’homme ait jamais été l’objet : Dieu nous aime, nous appelle, nous invite – mais Sa soif est tellement forte, Son ardeur est tellement grande, Son désir tellement intense qu’ils exigent une véritable fusion sponsale : la Messe n’est rien d’autre que ce mystère nuptial. La Réalité eucharistique qui en ressort est d’un attrait incroyable et elle répond tellement à toutes les inquiétudes actuelles qu’elle constitue un point de départ formidable pour un discours chrétien global sur l’Amour de Dieu.

Il leur répondit :  Tous ne comprennent pas cette parole, mais seulement ceux à qui cela est donné. Dieu est l’apôtre Paul qui dans la première épître aux corinthiens dit : « Frères, chacun doit rester devant Dieu dans la situation où il a été appelé. Mon amour de la chasteté- et toi aussi, sœur vénérée, sans paroles, mais par l’exemple silencieux de ta vie – m’invite à dire quelques mots sur la virginité, pour ne pas effleurer simplement en passant la vertu qui tient la première place. Si la virginité est louable, ce n’est pas du fait qu’on la trouve chez les martyrs, mais parce que c’est elle qui fait les martyrs. Peu à peu, ce modèle de consécration monacale devient, pour les femmes, la seule voie de consécration possible. En effet, la société n’était pas favorable à l’idée de voir des femmes vivre seules et subvenir à leurs besoins.

De plus, leur célibat semblait être une menace sur les héritages familiaux. Bientôt, vie consacrée à Dieu fut indissociable de vie religieuse et surtout de vie cloîtrée. Mais au cours du Moyen Âge, comme pour beaucoup de jeunes femmes la vie religieuse n’est plus un choix, mais la réponse à une politique familiale imposée aux enfants, la clôture monacale va peu à peu être malmenée, les moniales recevant dans leur cellule ou passant de longs temps dans leurs familles respectives. Ordre de la Visitation avec Sainte Jeanne de Chantal.

Elle a été rétablie après le Concile Vatican II. Le rite de la consécration des vierges est compté parmi les plus précieux trésors de la liturgie romaine. En effet, le Christ Jésus a laissé à son Église l’héritage de la virginité consacrée comme un don particulièrement noble. C’est pourquoi, dès l’âge apostolique, des vierges ont consacré à Dieu leur chasteté, ce qui contribuait à la beauté du corps mystique du Christ et l’enrichissait d’une étonnante fécondité. 915 : « Les conseils évangéliques sont, dans leur multiplicité, proposés à tout disciple du Christ. La perfection de la charité à laquelle tous les fidèles sont appelés comporte pour ceux qui assument librement l’appel à la vie consacrée, l’obligation de pratiquer la chasteté dans le célibat pour le Royaume, la pauvreté et l’obéissance. Elles n’appartiennent à la vie consacrée que pour la branche de celles qui vivent comme moniales.