La Boîte à outils – Développement durable et RSE PDF

Plus de 30 personnes ont pu profiter de cet évènement avec une présentation technique de qualité par Arnold Mauduit. 50 clusters européens dans le but de définir des domaines communs de coopérations sectorielles et de cibler des marchés. Cette rencontre a abouti pour l’ARIA Normandie à la conclusion d’un accord de coopération stratégique avec le Cluster South West Hungarian La Boîte à outils – Développement durable et RSE PDF, qui a également signé un accord de coopération avec le Cluster Automobile Tchèque Moravian-Silesian.


Le développement durable dans les entreprises, on en a beaucoup parlé … mais souvent dans une logique de communication. Il s’agit désormais d’intégrer le DD à la stratégie de l’entreprise, au niveau de l’organisation et même du management au quotidien , de le piloter et de se l’approprier. Bon nombre d’entreprises, notamment les banques et la grande distribution, créent des directions du DD. Ce livre propose une cinquantaine d’outils directement opérationnels pour s’approprier les enjeux du DD et les mettre en oeuvre, depuis la définnition de la stratégie de l’entreprise jusqu’à la mesure et la valorisation du developpement durable et de la responsabilité sociale de l’entreprise.

Les parties prenantes discutent actuellement des possibilités, du mode opératoire et du contenu de l’accord stratégique. De la légendaire Renault Alpine dieppoise aux moteurs électriques de la Zoé fabriqués à Cléon, près de Rouen, la Normandie a vu les voitures évoluer. La voiture est une passion normande. Elle attire les constructeurs et les sous-traitants en Normandie et on y invente aussi celle de demain. La gestion des vitesses des voitures constitue un levier de politique publique a priori intéressant à plusieurs titres, en matière d’accidentalité ainsi que de consommation de carburants et d’impact environnemental. Est-ce que les gains attendus pour la collectivité d’une mesure réduisant les vitesses maximales autorisées pourraient compenser le coût associé à la perte de temps pour les usagers ?

France sont réalisés par la route. L’entreprise de pièces automobiles, basée à Putanges-Pont-Écrepin, vient d’acquérir une nouvelle unité de production, à La Ferté-Macé. Et, par la même occasion, de sauver 57 emplois. Christian Debrus, président d’honneur de la Sasic. Et donc de se séparer ou de céder son site de La Ferté-Macé, en fonction des propositions de reprise. Gaëlle Maillard, présidente de la Sasic.

Et à réduire le nombre de prestataires. Si on veut rester dans la course, c’est essentiel. Créée en 1965 par le père de Christian Debrus, la Sasic n’a jamais cessé sa croissance externe. Europe de l’Est et au Maghreb. Nous voulons que ce soit gagnant-gagnant pour la Sasic et GCAE. Ce sont des hommes avec un savoir-faire et des compétences. Un nouveau nom a été déposé il y a plusieurs semaines.

Mais pour l’instant, l’information reste confidentielle, le délai d’opposition n’étant pas passé. 1998, qui produit des pièces détachées pour automobiles. Sasic au 86e rang des PME françaises championnes à l’international. Comment vous positionnez-vous à l’étranger ? Nous vendons dans 80 pays issus des cinq continents des pièces de véhicules français et européens. Les marchés en Espagne, Portugal, Angleterre et Italie sont en difficulté.

Etait-ce une volonté de se tourner vers l’international ? La Sasic est née du rapprochement de deux entreprises : « Santucci » qui était un spécialiste des pièces françaises, et « Sicfa » qui était spécialiste de l’export notamment dans les pays du Maghreb. L’une a apporté une fabrication et un catalogue important, l’autre sa connaissance du marché de l’export. Grâce à notre diversification territoriale, nous nous en sortons plutôt bien.

Nous le devons aussi à la qualité de nos produits. Dans les pays de parc ancien, le client qui veut acheter une pièce de qualité est prêt à la payer cher. Depuis 2004, nous avons plus que doublé les surfaces de stockage. Nous pensons qu’en 2014, il va falloir refaire une nouvelle extension car nous étoffons les familles existantes et créons de nouvelles familles de produits depuis cinq-six ans comme les durites, la distribution, les courroies accessoires, etc. La loi du 5 mars 2014 confie à tous les financeurs de la formation professionnelles la responsabilité du suivi et du contrôle de la qualité des organismes de formation avec lesquels ils travaillent, pour améliorer la transparence de l’offre de formation et favoriser une montée en charge progressive de la qualité des actions de formation. Son décret d’application du 30 juin 2015 définit les 6 critères qui permettent de juger de la qualité des prestations proposées.