L’ire des délires PDF

Peu importe d’où provient l’argent, l’essentiel est d’en avoir. Cette expression s’emploie en général pour un bien mal acquis dont on préfère oublier l’origine douteuse. L’ire des délires PDF de 69 à 79 après J.


Vespasien institua nombre de taxes diverses afin de renflouer le trésor de l’Etat. Bien entendu, le peuple se moqua de cette taxe et Titus, le fils de Vespasien, lui en fit la remarque. Cette traduction sera définitivement supprimé et ne peut pas être récupéré. Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. Bon moi j’en ai jamais eu donc chais pas s’il en a d’l’odeur ou pas !

En pùs j’ai toujours l’nez bouché à l’émeri. Mais il pourrait sentir un putois marié à une égoute, ou un égout marié à une putoise l’est toujours l’bienvenu dans nos pokettes et on n’éprouve aucun dégout à le manipuler, voire à l’bécoter. Et j’dirais même ôt’ chose, l’argent c’est quéqu’un d’bien, pas une balance ou un z’indic, quand l’est mal acquis eh bé y bave pas ! Enfin c’est c’que pensent les ceusses qui le mal acquisent je crois ! Mais il y a toujours des solutions pour qu’il n’ait plus d’odeur : ON LE BLANCHIT ! Les billets de banque, même sans les laisser tomber dans le purin, puent.