L’Eau : Géopolitique, enjeux, stratégies PDF

Une l’Eau : Géopolitique, enjeux, stratégies PDF et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Cet article examine les enjeux du réchauffement climatique pour l’humanité.


Les guerres de l’eau ont déjà commencé. Partout, elles frappent les plus démunis. Alors que l’Ethiopie, le Soudan et l’Égypte cherchent à dominer le Nil, et que la Chine et la Russie se disputent le fleuve Amour, la Turquie, la Syrie et l’Irak bataillent pour le contrôle des bassins du Tigre et de l’Euphrate… Les changements climatiques, la croissance démographique, l’augmentation des besoins alimentaires accentuent dangereusement la pression sur la ressource hydraulique. L’absence ou l’insuffisance d’eau potable, sa mauvaise qualité, tuent dix fois plus que l’ensemble des conflits armés., Traitant tout à la fois des problématiques planétaires ou régionales, des données techniques (les barrages, l’assainissement, le dessalement) comme des conséquences économiques et gouvernementales, voici un ouvrage crucial sur la géopolitique de l’eau. Ou comment  » l’or bleu  » est devenu le défi majeur du XXIe siècle.

En 1824, le physicien français Joseph Fourier découvre le phénomène de l’effet de serre et son effet sur le bilan thermique de la Terre. Dans les années 1980, cette question refait surface à l’échelle mondiale, avec la création du GIEC en 1988. Terre se réchauffe du fait de l’activité anthropique. Des discussions ont alors préparé la convention de Rio dont les acteurs ont été pour la première fois réunis à une même table de discussion dans le but d’arriver à des accords.

Article détaillé : sommet de la terre. La négociation climatique s’est effectuée dès la remise du premier rapport du GIEC de 1990, qui a débouché sur le sommet de la terre tenu à Rio de Janeiro en 1992. La divergence entre les états était claire et les tensions parfois vives entre les niveaux ministériels. Toutefois, les enjeux de tenir une telle conférence n’ont pas été dictés uniquement dans l’optique d’un réchauffement du climat.

Article détaillé : politique environnementale des États-Unis d’Amérique. L’avènement de Kyoto accentue davantage la dissymétrie entre les différents acteurs. Avec Kyoto, de nombreuses solutions sont avancées, la diversification des ressources énergétiques et les bourses du carbone, mais seront jugées trop contraignantes par les États-Unis. De plus, les quotas d’émissions sont inacceptables pour les pays en développement qui se doivent de réduire leurs émissions existantes par rapport à 1990. Les pays du Sud et membres du G 7 voient donc une initiative des pays du nord pour restreindre leur développement. Alors que les États-Unis, la Chine et l’Australie rechignaient à soutenir le protocole de Kyoto, l’Union européenne a été leader dans le dossier du réchauffement climatique. Les modèles projettent d’importantes différences régionales et locales.

Ils abritent une partie importante des réserves naturelles et de la biodiversité mondiale. Beaucoup de ressources sont menacées par la montée des océans ou le réchauffement des écosystèmes terrestres. Dans le même ordre d’idées, R. La FAO abonde dans le même sens. La ségrégation sur le plan territorial est donc très forte et les différents pays ne seront pas touchés à parts égales par le réchauffement.