Criminels récidivistes : peut-on les laisser sortir ? (Politique, idée, société) PDF

En 1963, la famille est rapatriée en France et elle criminels récidivistes : peut-on les laisser sortir ? (Politique, idée, société) PDF à Givors un bar-restaurant. Sa mère, Marie-Anne Stalio, était une Italienne de Tunis. Il a deux sœurs et une demi-sœur.


Guy Georges, Francis Heaulme, Emile Louis, Fourniret, Alègre… Souvent, les tueurs en série ont échappé à la police pendant des années avant d’être jugés et condamné à perpétuité. Le récit de leur parcours criminel permet souvent de comprendre comment ces prédateurs ont réussi à déjouer un système judiciaire défaillant.
En janvier 2009, l’Assemblée a approuvé le projet de loi créant des centres fermés où pourront être enfermés des criminels dangereux à leur sortie de prison. Rapporteur de cette loi sur la rétention de sûreté, Georges Fenech décrit les nouveaux dispositifs aujourd’hui en vigueur pour identifier plus précocement ces psychopathes, mieux évaluer leur capacité de nuire et tout mettre en oeuvre pour les empêcher de récidiver. Il formule également de nouvelles propositions à l’égard des malades mentaux dangereux.

Georges Fenech étudie aux lycées Ponsard à Vienne et Parc Chabrières à Oullins. 1980, puis à Pointe-à-Pitre de 1982 à 1984. Il instruit des affaires sensibles comme le financement illégal de la Fédération socialiste du Rhône à l’origine de la loi d’amnistie de 1988. Il se spécialise dans la lutte contre le trafic de stupéfiants et la délinquance des mineurs, et également dans les dossiers d’accidents médicaux. Après avoir été brièvement procureur-adjoint au TGI de Bourg-en-Bresse de 1994 à 1995, Fenech est ensuite nommé substitut général près la cour d’appel de Lyon, où il est chargé jusqu’en 2001 des affaires criminelles devant la cour d’assises. APM par le magistrat Alain Terrail. Georges Fenech participe à partir de décembre 2005 à la commission d’enquête parlementaire concernant l’affaire d’Outreau.

Il préside en 2006 la Commission d’enquête sur les sectes et les mineurs dont le rapport public, remis le 19 décembre 2006, préconise 50 propositions afin de protéger  l’enfance en danger . Georges Fenech est réélu député le 16 juin 2007 dans sa circonscription du Rhône. En mars 2008, son élection de juin 2007 est invalidée et il est sanctionné d’un an d’inéligibilité par le Conseil constitutionnel, en raison d’infractions au droit électoral liées à ses comptes de campagne. Le Conseil constitutionnel a toutefois précisé, aux termes d’un communiqué de presse du 27 mars 2008, que ces dépenses de campagne avaient bien été déclarées dans le compte de campagne de Georges Fenech, puisque si elles n’avaient pas été réglées directement par le mandataire financier, elles avaient néanmoins été ensuite remboursées par lui.