Arts de la Grèce antique (Les Grands Articles d’Universalis) PDF

Cette page est en semi-protection longue. Il se définit par un ensemble de valeurs et de critères qui dessinent arts de la Grèce antique (Les Grands Articles d’Universalis) PDF idéal s’incarnant dans l’ honnête homme  et qui développent une esthétique fondée sur une recherche de la perfection, son maître mot est la raison.


Le sort de l’art grec à partir de la fin de l’Antiquité est des plus étranges. C’est un art qui n’est connu directement que depuis peu, et dont pourtant on n’a cessé des siècles durant de se recommander, qu’on s’est efforcé d’imiter, qu’on a de confiance admiré. Cette admiration remontait aux temps les plus anciens : il était à peine né que déjà…

La centralisation monarchique, qui s’affirme dès 1630 sous l’autorité de Richelieu d’abord, puis de Mazarin, dépasse le cadre politique pour toucher le domaine culturel. La notion de  classicisme  pose des problèmes de définition. C’est pourquoi il peut être utile de revenir à l’origine sémantique du mot pour en comprendre le sens. Le terme classicus désigne en latin la classe la plus fortunée de la société. Le terme de classicisme est utilisé pour la première fois par Stendhal en 1817 pour désigner les œuvres qui prennent pour modèle l’art antique par opposition aux œuvres romantiques. Le classicisme renverrait à un moment de grâce de la littérature française où l’esprit français se serait le plus parfaitement illustré.

De ce fait, le classicisme a servi de repoussoir à tous ceux qui défendaient une littérature moins réglée, à commencer par les romantiques. Le terme de classicisme appliqué à une période de la littérature nationale est propre à la littérature française. Le classicisme à la française ne se définit cependant pas seulement par des critères historiques. Il répond également à des critères formels. Les œuvres classiques reposent sur une volonté d’imitation et de réinvention des œuvres antiques. Elles respectent la raison et sont en quête d’un équilibre reposant sur le naturel et l’harmonie.

Il en va de même pour le maniérisme qui précède le classicisme et le rococo qui le suit. Ce goût serait né dans les salons mondains et aurait profondément influencé la littérature de la seconde moitié du siècle. La centralisation monarchique initiée par Louis XIII s’affirme dès 1630 dans le domaine politique sous l’autorité de Richelieu d’abord, puis de Mazarin et de Louis XIV. Les écrivains classiques sont donc nécessairement pétris de culture religieuse. Certaines œuvres, comme Les Provinciales de Pascal ou l’œuvre de Bossuet, relèvent même entièrement de la religion.

Ce sont les œuvres des doctes qui définissent les théories du goût classique, à travers des lettres, des traités, des arts poétiques. Vaugelas, Guez de Balzac ou Dominique Bouhours légifèrent ainsi sur la bonne utilisation de la langue. L’enseignement des doctes est en effet fondé sur des règles tirées des modèles grecs et latins. On lit et relit à cette époque La Poétique d’Aristote dont l’interprétation est à l’origine de la plupart des règles du théâtre classique. En poésie, c’est L’Art poétique d’Horace qui sert de référence.